Langues

Search bar menu

Header slideshow

Un distributeur en mouvement

Colruyt est le premier distributeur à passer au chèques-repas électroniques mais s’inquiète des coûts de transaction

Le Groupe Colruyt est le premier distributeur prêt à passer aux chèques-repas électroniques. Les terminaux de paiement des magasins Colruyt, OKay et Bio-Planet ont été adaptés pour permettre les paiements par chèque-repas électronique. Le Groupe Colruyt est convaincu de l’utilité de ce système et lancera bientôt un projet-pilote pour les chèques-repas électroniques en collaboration avec Monizze, un candidat-éditeur de chèques-repas électroniques. Cependant, le Groupe Colruyt tire la sonnette d’alarme concernant les coûts de transaction que certains éditeurs souhaitent pratiquer et qui pourraient décourager le paiement par chèques-repas électroniques.

Le paiement par chèque-repas électronique présente de nombreux avantages. L’opération prend moins de temps à la caisse qu’avec des chèques papier ; elle est aussi plus sûre pour le client et le commerçant, étant donné qu’il y a moins de cash en circulation le magasin. Le Groupe Colruyt est favorable aux chèques-repas électroniques. C’est pourquoi tous les terminaux de paiement des magasins Colruyt, OKay et Bio-Planet ont été adaptés ces derniers mois pour permettre le paiement par chèque électronique. Mi-mai, le groupe lancera un projet-pilote en collaboration avec Monizze, puis un projet-test auprès de ses collaborateurs par la suite. Le groupe s’attend à ce que les autorités donnent rapidement leur autorisation aux éditeurs.

Le Groupe Colruyt constate cependant que le coût par transaction des chèques électroniques proposés par certains candidats-éditeurs est plus élevé que les coûts de transaction d’une carte de débit classique. Ceci est inacceptable. Le coût des chèques électroniques ne peut être plus élevé et devrait de préférence être plus bas, de manière à rendre de petits paiements par chèques électroniques possibles. Le paiement avec un chèque électronique doit être simple, rapide et sûr, afin d’encourager les clients et les commerçants à les utiliser. Une autre condition essentielle est la transparence. Le client doit pouvoir savoir à tout moment ce qui se trouve sur son compte.

Le Groupe Colruyt demande à ce que les entreprises qui éditent les chèques adaptent leurs propositions dans ce sens, sous peine de compromettre le système des chèques électroniques. Il invite les entreprises qui achètent les chèques pour leurs collaborateurs à choisir les éditeurs qui répondent aux conditions susmentionnées. Dans le cas contraire, elles risquent d’offrir à leurs employés un moyen de paiement qu’ils ne pourront utiliser que dans une poignée de magasins seulement. Le Groupe Colruyt n’acceptera les chèques-repas électroniques que lorsque les coûts de transaction seront identiques à ceux d’une carte de débit classique.

Pour plus d'infos :
Michel Van Mello, 02/360.10.40, 0478/30.32.94
Jan Derom, responsable presse Groupe Colruyt, 02 360 10 40.

 

Le Groupe Colruyt

Le Groupe Colruyt est actif dans la distribution de denrées alimentaires et de produits non alimentaires en Belgique, en France et au Grand-Duché de Luxembourg, avec plus de 320 magasins en gestion propre et 480 magasins affiliés. Les différentes formules de magasins en Belgique sont Colruyt, OKay, Bio-Planet, DreamLand, DreamBaby, Spar et Eurospar. En France, outre les magasins affiliés Coccinelle, CocciMarket et Panier Sympa, le groupe compte également une cinquantaine de supermarchés Colruyt. Le groupe est aussi actif dans le secteur du foodservice, livrant aux hôpitaux, cuisines d'entreprise, entreprises du secteur horeca, etc. Par ailleurs, le groupe se consacre aussi à la vente de carburants (DATS 24), aux solutions d'impression et de gestion de documents (Symeta), à l'ingénierie (intrion) et à la production d'énergie. Le groupe emploie actuellement plus de 22 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards d’euros.