12 millions d’arbres pour compenser nos émissions restantes

Grâce à un vaste plan de réduction, nous sommes parvenus à réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre ces dernières années. En plantant 12 millions d’arbres, nous entendons compenser au moins l’équivalent de nos émissions restantes à partir de 2030.

Cette initiative contribue à la réalisation de notre objectif

Publié le 09/08/2022

Objectif zéro émission nette

Nos initiatives en matière d’énergie verte, d’optimisation des systèmes de chauffage et de réfrigération et de transition vers des transports plus verts ont déjà permis une réduction significative de nos émissions de gaz à effet de serre. À l’avenir, notre approche sera double : d’une part, nous continuerons à réduire nos émissions et, d'autre part, nous absorberons l'équivalent de nos émissions de COrestantes en plantant des arbres. Nous choisissons donc de compenser nos propres émissions au lieu d’acheter des crédits carbone. Nous entendons ainsi atteindre zéro émission nette d'ici 2030 en ce qui concerne les scopes 1 et 2 du Protocole sur les gaz à effet de serre (GES). La somme des gaz à effet de serre que nous émettons (+) et du CO2 que nous éliminons de l'atmosphère (-) est alors de 0.

Le plan climatique de Colruyt Group : une approche complémentaire basée tant sur des mesures de réduction que sur des mesures de compensation.

Koen Baetens, directeur Colruyt Group Technics & Real Estate
Même la technologie la plus avancée ne peut nous permettre d’éliminer totalement nos émissions. Nous continuons donc à réduire activement nos émissions, mais avons donc aussi recherché une solution complémentaire : absorber du CO₂ en plantant des arbres.

Nos émissions et absorptions de CO₂

Émissions directes réelles (tonnes d'éq. CO₂)
Émissions directes hypothétiques, avec les mesures actuelles (tonnes d'éq. CO₂)
Émissions directes hypothétiques sans mesures (tonnes d'éq. CO₂)
Quantité hypothétique de CO₂ absorbée grâce au projet (tonnes)

Dès le début, en 2022, ce projet de boisement permettra d’absorber une quantité toujours croissante de CO2. Afin d’absorber plus de CO2 que nous n’en émettons d’ici 2030.


Pourquoi planter des arbres ?

La plantation d’arbres est actuellement l’une des mesures les plus efficaces pour lutter contre le changement climatique. Ils absorbent le dioxyde de carbone et le stockent dans leur biomasse (bois, feuilles ou racines). En outre, ils améliorent la qualité du sol et de la nappe phréatique et augmentent la biodiversité..

Le site du projet Les arbres purifient l’air. Grâce à la photosynthèse, ils absorbent le CO₂ et produisent de l’oxygène. Ils peuvent également absorber d’autres gaz nocifs.

En tenant compte des différentes espèces d’arbres que nous planterons, la forêt absorbera, après 10 ans, au moins 12 tonnes de CO2 par hectare chaque année, soit 120 000 tonnes au total. À titre de comparaison, chaque citoyen en Belgique émet en moyenne 8,34 tonnes de CO2 par an.


Pourquoi en République démocratique du Congo ?

Afin de faire une réelle différence grâce à la plantation d’arbres, il faut une grande superficie. 10 000 hectares dans ce cas précis, soit 2,3 fois la forêt de Soignes. Pas évident dans notre Belgique densément peuplée, mais un projet tout à fait réalisable dans le cœur vert de l’Afrique : en République démocratique du Congo. Ce pays est l'endroit idéal pour diverses raisons :

Le site du projet fait actuellement l’objet de sévères abattages d’arbres et de destruction par le feu.

Transformation des grains de café au Kivu Notre projet « café » au Kivu témoigne de la force de l’entrepreneuriat durable.
  • Colruyt Group comptabilise déjà plusieurs expériences positives de projets menés en République démocratique du Congo. Nous entendons continuer sur la même voie.
    • Au Kivu, à l’est du pays, nous avons mis en place un projet de filière durable qui permet à pas moins de 2 200 petits caféiculteurs de bénéficier d’un prix équitable et de ventes garanties.
    • Depuis 2018, notre fondation, la Collibri Foundation, se concentre également sur la formation et l'accompagnement des jeunes agriculteurs.
    • Colex, le département d’exportation de Colruyt Group, fournit déjà de nombreux supermarchés congolais en produits frais et secs qui sont difficiles à trouver dans le pays.
  • Le site de notre projet, la province du Kwango, présente également différents atouts :
    • Il y a suffisamment d’espace pour réaliser ce projet sans empiéter sur les activités de la population locale et ainsi causer des conflits.
    • Le Kwango est relativement facile d’accès grâce à la proximité de routes nationales et de l’aéroport de N’djili à Kinshasa. Le site du projet est proche de la capitale provinciale Kenge.
    • Aux alentours du site se situent plusieurs villages dont les habitants sont prêts à collaborer au projet. Ainsi, nous pouvons créer davantage d’emplois pour les communautés locales.
Le Kwango se situe dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo. La province est limitrophe de l’Angola au sud et des provinces du Kwili, du Kasaï, du Congo central et de Kinshasa (respectivement au nord, à l’est, à l’ouest et au nord-ouest). La province du Kwango compte près de 5,2 millions d’habitants et s’étend sur environ 90 000 km², soit près de trois fois la superficie de la Belgique.
Le jardin d’expérience du magasin OKay de Rotselaar dispose d’un gazon biodiversifié, d’un champ de fleurs et de trèfles, d’un hôtel pour abeilles, d’une palissade de branches et d’un coin repos. Un plus pour la biodiversité et les passants. Davantage de nature sur nos sites : des toitures et façades végétales jusqu’à ce jardin d’expériences au OKay de Rotselaar.

Plus de verdure aussi en Belgique

  • Avec une moyenne de 725 m² de verdure par site, nous investissons plus que le distributeur moyen dans l’aménagement d’espaces verts sur les sites des magasins, bureaux et centres de distribution. Nous plantons en moyenne 317 arbres et 2 603 m² de plants forestiers par an.
  • Nous avons également planté 3 000 arbres le long de la Veugeleer à Hal.
  • Nous plantons toujours des arbres pour compenser la déforestation, par exemple à la suite de la construction d’un nouveau site. Les plantations se composent exclusivement d’espèces indigènes et la surface est deux fois plus grande que la zone déboisée.

Comment collaborons-nous avec la population locale ?

L’ancrage local du projet est essentiel à nos yeux. Avec nos partenaires congolais, nous avons analysé la façon dont le projet pouvait apporter une valeur ajoutée aux habitants. Le résultat ? Nous prévoyons de :

  • fournir des emplois à quelques centaines d’habitants pendant minimum trois ans
  • mettre en place des programmes de formation portant, entre autres, sur la gestion forestière et l’agriculture
  • fournir des infrastructures : des écoles, des sources d’eau, un pont et un hôpital
  • mettre à disposition de l’énergie durable grâce à des panneaux solaires
  • planter des arbres qui peuvent servir (indirectement) de source de nourriture pour les habitants : fruits, chenilles…
Des habitants du Kwango En collaborant durablement avec la population locale et en la soutenant sur le long terme, nous entendons faire une réelle différence pour l’être humain et la planète.
  • stimuler davantage la production agricole sur place – avec, entre autres, un rucher et une installation de transformation du manioc – afin de permettre aux habitants de subvenir plus facilement à leurs propres besoins alimentaires et, à terme, de commercialiser éventuellement ces produits
  • répondre aux besoins qui surviennent au cours du projet. Nous pensons à un programme d’échange entre nos collaborateurs et la communauté congolaise locale, mais également à des cours dans les écoles, des cursus sur la gestion forestière ainsi que des initiatives en matière d’eau et d’énergie.

La collaboration avec les organisations locales CADIM (Centre d’Appui au Développement Intégral Mbankana) et Faja Lobi est cruciale dans ce projet. Les deux centres comptabilisent déjà quelques années d’expérience dans des projets agricoles et forestiers menés dans la même région.

Cette initiative contribue à l’objectif(aux objectifs) de développement durable suivant(s) :
Plus d’infos sur les ODD
Cette initiative contribue au(x) thème(s) « pas à pas » suivant(s) :
Plus d’infos sur « pas à pas »