Une utilisation responsable des antibiotiques dans les élevages porcins

Prenons-nous systématiquement rendez-vous chez le docteur à la moindre quinte de toux ? Bien sûr que non ! Les antibiotiques sont à utiliser avec parcimonie. Et cette règle vaut également pour les porcs destinés à la consommation. Les pouvoirs publics ont adopté des mesures en vue de lutter contre l’usage abusif de médicaments dans le secteur de l’élevage. « Rien de neuf pour nous », explique Saskia De Block, project manager sustainable sourcing. « Nos éleveurs s’engagent depuis des années à utiliser les antibiotiques de manière responsable. »

Comment maintenons-nous l’utilisation d’antibiotiques sous contrôle ?

Saskia : « Le fait d’administrer trop rapidement ou trop souvent des médicaments peut en amoindrir les effets. Ainsi, il arrive fréquemment que de jeunes porcelets soient porteurs d’une bactérie résistante aux antibiotiques. Une situation pour le moins inquiétante. En effet, en consommant cette viande, nous sommes susceptibles de mettre à mal l'arsenal de médicaments encore efficaces pour nous. Pour inverser cette tendance, chez Colruyt Group, nous nous engageons en faveur de la santé publique et du bien-être animal. Nous interdisons à nos éleveurs porcins d'utiliser des antibiotiques à titre préventif, c’est-à-dire pour empêcher l’apparition de maladies. »

porcelets dans une porcherie
Souvent, les antibiotiques sont inefficaces sur les jeunes porcelets en raison de leur usage excessif.

Mais alors, comment garder les animaux en bonne santé ?

Saskia : « Voilà des années que nos fournisseurs de viande sont soumis à des critères stricts. Leurs animaux doivent être élevés de la manière la plus saine possible et avoir consommé un minimum de médicaments. Pour y parvenir, il convient que les étables soient propres et que les porcs soient protégés contre la contagion venant de l'extérieur. Nous favorisons également les systèmes fermés dans lesquels les porcs sont allaités, élevés et engraissés au même endroit, étant donné que ces pratiques réduisent les risques de maladies. Tous ces efforts ont été regroupés dans un cahier des charges détaillé. »

Parvenons-nous ainsi à éliminer l’usage d’antibiotiques ?

Saskia : « Non, ce n’est pas aussi simple que ça. Aucun élevage n’est à l’abri des maladies. Dans un tel cas, le vétérinaire veille à une utilisation responsable des antibiotiques, dans le respect des directives de l’AMCRA (Antimicrobial Consumption and Resistance in Animals), qui sont reprises dans notre cahier des charges. Les éleveurs porcins avec lesquels nous travaillons doivent répertorier tous les usages qu’ils font des antibiotiques sur une plateforme en ligne, le registre AB. Ce système d’inventaire a été mis au point à l’initiative de l’A.S.B.L. Belpork afin de rendre plus durable la politique en matière d’utilisation d’antibiotiques dans le secteur porcin belge. De plus, nous imposons un temps d’attente supplémentaire entre la fin de la cure antibiotique et l’abattage. Nous réalisons également d’autres contrôles afin d’avoir la certitude qu’il ne reste pas de résidus de médicaments en quantités trop importantes dans la viande. »

big krijgt antibiotica toegediend
L’enregistrement individuel et la communication relative à l’utilisation d'antibiotiques sont des mesures destinées à sensibiliser les éleveurs porcins.

Quelle peut être l’influence de Colruyt Group en tant que distributeur ?

Saskia : « Nos fournisseurs et éleveurs respectent un ensemble de conventions, définies dans un cahier des charges. Elles interdisent, outre l’usage préventif d'antibiotiques, l'administration de calmants. Tous les six mois, la plateforme AB de Belpork envoie à chaque éleveur un rapport sur l’utilisation que celui-ci a faite des antibiotiques et un comparatif avec celle de ses collègues. Cette mesure à elle seule incite déjà les éleveurs à s’inscrire dans une nouvelle dynamique. »

Résultat ?​

Saskia : « Notre approche porte ses fruits ! Nous avons reçu notre premier rapport complet du registre AB et les résultats sont encourageants. Les éleveurs qui ont respecté notre cahier des charges en 2017 ont en moyenne utilisé moins d’antibiotiques que d’autres éleveurs membres du registre AB. De plus, les résultats indiquent une diminution considérable par rapport à 2015 des vecteurs de résistance aux antibiotiques chez l’humain. Bref, nous allons de l’avant ! »

Naam: Saskia De Block
Functie: Project manager for sustainable sourcing

Job ? En collaboration avec nos partenaires internes et externes, je tente de dégager des manières de proposer des produits aussi durables que possible à nos clients.
Énergie ? Je me nourris du fait qu’ensemble, nous travaillons efficacement à l’amélioration de notre quotidien.
Projet le plus captivant ? La mise en place du cahier des charges pédagogique pour la volaille, en concertation avec nos fournisseurs


Met dit initiatief dragen we bij aan het realiseren van deze Duurzame Ontwikkelingsdoelstellingen van de Verenigde Naties.

[Translate]Good health & wellbeing [Translate]Partnerships for the goals