Colruyt Group récolte ce que sème De Lochting

Nous méritons tous de trouver notre voie sur le marché du travail. Même sans être titulaire du bon diplôme ou en présentant un handicap. Et c’est justement pour aider les personnes dans cette situation que Colruyt Group s'unit à l’A.S.B.L. de Flandre occidentale De Lochting. Cette A.S.B.L. combine l'emploi social à l’agriculture biologique : un projet où tout le monde y gagne.

Agriculteurs sociaux

L’A.S.B.L. De Lochting s’inscrit avant tout dans l’entrepreneuriat social. « Nous aidons les personnes qui ne peuvent pas intégrer le marché du travail classique », explique Dirk Lammertyn, directeur général de De Lochting. Il y a 18 ans, l’A.S.B.L. a commencé avec un modeste potager (lochting en patois de Flandre occidentale) à Roulers. Depuis, l’exploitation s’étend sur 30 hectares de terres agricoles biologiques et offre un travail à 150 personnes. Le travail ne se résume pas à cultiver des terres. Certains composent des paniers de fruits et de légumes, tandis que d’autres assurent l’entretien du site. « Notre rêve est de permettre à plusieurs personnes d'accéder au circuit de travail régulier. »

Notre rêve est de permettre au plus grand nombre d'accéder au circuit du travail régulier.

Et Colruyt Group contribue clairement à sa réalisation. « Nous tentons de trouver la meilleure manière de concrétiser ce rêve ensemble », se réjouit Rony Neufkens, chef du département Achat Fruits et légumes. « Car à nos yeux, De Lochting est bien plus qu’un fournisseur. Nous sommes partenaires, pour le meilleur et pour le pire, et nous nous entraidons. »

Légumes en conversion

De Lochting propose des légumes en conversion. Mais de quoi s’agit-il ? « Les légumes en conversion sont cultivés selon des pratiques biologiques, mais sur des terres classiques, non bio », précise Rony. « Même si dès le départ, un sol est exploité selon les principes de l’agriculture biologique, il faut deux à trois ans pour qu'il soit totalement “propre”. Ce n’est qu’alors que le sol est considéré comme étant biologique, et donc que ses produits le sont également. »

Rony : « Les légumes en conversion sont cultivés selon des pratiques biologiques, mais dans des sols classiques, non encore bio. »

Une collaboration qui porte ses fruits

Mais pourquoi proposer des légumes en conversion ? « La demande de produits biologiques est en constante augmentation. Et pas seulement chez Bio-Planet, mais également chez Colruyt et OKay », explique Rony. « De plus, nous préférons opter pour des légumes bio locaux. Même si ce n’est pas toujours évident. La Belgique compte surtout de petits agriculteurs biologiques qui ne sont pas toujours en mesure de satisfaire à la demande », explique Rony. « Nous travaillons main dans la main avec De Lochting depuis plus de quinze ans – depuis l’ouverture de notre premier Bio-Planet à Courtrai. Nous avons immédiatement manifesté notre enthousiasme lorsque l’an dernier, l'A.S.B.L. a décidé d'augmenter sa surface de production bio et nous a sollicité. »

Colruyt Group et De Lochting travaillent main dans la main depuis plus de quinze ans.

De la jachère au bio

Les sols qui étaient auparavant utilisés pour la culture classique doivent tout d’abord rester un an en jachère. « Nous pouvons également y cultiver des céréales et des plantes papilionacées, comme des trèfles », poursuit Dirk. « Nous pouvons ensuite produire des légumes selon les principes de l'agriculture biologique. Ceux-ci reçoivent l'étiquette “en conversion”. Ce n’est qu’après deux ou trois ans qu’ils pourront être vendus comme légumes bio. Durant cette période de transition, nos coûts augmentent et nos recettes diminuent. Pire : il nous est difficile d'écouler nos stocks de légumes en conversion. »

« La demande de produits biologiques est en constante augmentation. Et pas seulement chez Bio-Planet, mais également chez Colruyt et OKay. »

Colruyt Group aide De Lochting à traverser cette période difficile financièrement. Ainsi, Colruyt et OKay proposent à leurs clients du chou-rave, du persil plat et des radis en conversion. Cette offre est complétée par de la betterave rouge, du potiron butternut et du pourpier d’hiver. Ces légumes presque bio sont vendus sous la marque Boni Selection Bio, mais sont faciles à reconnaître grâce à un autocollant apposé sur l'emballage. Ils sont un peu plus chers que les légumes classiques, mais meilleur marché que les produits bio. Et Colruyt Group n’en est pas à son coup d’essai. Bio-Planet avait déjà vendu des chicons en conversion de De Lochting. « Une situation où tout le monde est gagnant », se réjouit Rony. Nous soutenons notre partenaire et nous assurons une offre de qualité en légumes bio locaux. »

Comment reconnaître ces produits ? 

Les produits en conversion sont reconnaissables par leur étiquette, qui porte la mention « en conversion ».

 


Met dit initiatief dragen we bij aan het realiseren van deze Duurzame Ontwikkelingsdoelstellingen van de Verenigde Naties.

[Translate]Decent work & economic growth [Translate]Partnerships for the goals