Un café burundais bon sur toute la ligne

230 tonnes de grains de café. Voilà le volume que nous importons chaque année du Burundi. Nous transformons ensuite ces grains burundais dans les mélanges de café de nos marques maison Graindor et Spar. Un tel débouché offre de nombreuses perspectives aux 27 000 petits caféiculteurs burundais avec lesquels nous collaborons. Découvrez en 5 étapes comment nous avons mis en place cette collaboration.

Étape 1 : premiers contacts

Carine Decock, acheteuse, a participé à la mise en œuvre du projet : " En 2013, nous avons contacté le consortium des coopératives de café COCOCA en vue de parvenir à un partenariat commercial et des exportations durables. Le COCOCA travaillait alors déjà avec notre fonds d'entreprise, la Collibri Foundation, ainsi qu'avec la Fondation Roi Baudouin, qui proposent un soutien technique sur place à plusieurs membres du consortium. Ce contexte a naturellement permis de faciliter le contact."

Ce que vous devez savoir sur le COCOCA :

  • Union des coopératives des caféiculteurs du Burundi
  • Fondée en 2012
  • 4 régions au Burundi
  • 39 coopératives
  • 27 000 caféiculteurs locaux
  • 1 usine de transformation du café en gestion propre
  • 15 % de la production de café au Burundi
Grains de café du COCOCA
Le COCOCA réunit 39 coopératives de café au Burundi. Il rassemble quelque 27 000 caféiculteurs locaux.

Étape 2 : test de qualité sur place

Efico contrôle pour nous la qualité des grains ainsi que le savoir-faire et l'équipement des caféiculteurs. L'importateur de café belge s'appuie sur ses connaissances du café burundais et est donc bien placé pour effectuer un contrôle approfondi sur place. À l'issue de son contrôle sur place, Efico envoie un échantillon des grains à notre atelier de torréfaction à Ghislenghien.

Caféiculteur à la plantation de caféiers
L'importateur de café Efico s'est rendu sur place afin de déterminer si la qualité des grains était suffisante. Verdict : absolument !

Étape 3 : tester les grains dans notre atelier de torréfaction

Nos experts du café à Ghislenghien commencent la transformation des grains : ils les torréfient et les soumettent à une batterie de tests. Conclusion ? Le café présente une qualité et des caractéristiques gustatives comparables à celles de l'arabica burundais, que nous utilisons depuis des années déjà dans les mélanges Graindor. Plus de place pour l'hésitation, nous concluons un accord.

Les 39 membres du consortium COCOCA ne cultivent pas tous le café dans le respect des (mêmes) règles de certification internationales, comme Fairtrade, Bio, Rrainforest Alliance ou encore UTZ. Voilà pourquoi à l'heure actuelle, nous importons uniquement des grains provenant de coopératives certifiées UTZ.

Test grains de café Ghislenghien
Les grains de café de COCOCA n'ont rien à envier à l'arabica burundais, que nous importons déjà depuis des années pour nos mélanges Graindor.

Étape 4 : 12 conteneurs par an

Désormais, nous achetons tous nos grains burundais pour nos mélanges de café auprès du consortium COCOCA. Cela correspond à 230 tonnes ou 12 conteneurs par an. En 2017, en concertation avec les caféiculteurs, nous avons défini un prix fixe. Ainsi, ces derniers ont accès à des revenus garantis et ne sont pas contraints de vendre à un prix inférieur à celui du marché. De plus, ils reçoivent une prime spécifique par tonne de grains de café, peu importe les fluctuations du marché.

"Nous voulons que les producteurs aient les moyens financiers de garantir la qualité de leur café d'exportation et d'en poursuivre l'amélioration", explique Philippe Toussaint, manager sustainable sourcing. "Nous pouvons par exemple les aider à atteindre une qualité de grains encore meilleure. Ils pourront ainsi augmenter leurs prix de vente. Étant donné que nous leur achetons régulièrement un volume fixe de grains de café, ils ont par ailleurs plus facilement accès aux préfinancements et aux prêts. Bref, ils ont une plus grande marge de manœuvre financière. Ils peuvent ainsi encore améliorer la qualité de leurs produits et à terme augmenter leurs recettes."

Livraison de grains de café au port
Chaque année, les caféiculteurs burundais du consortium COCOCA nous vendent 115 tonnes de grains de café. Nous les torréfions et les transformons dans notre atelier de torréfaction à Ghislenghien.

Étape 5 : des caféiculteurs burundais en visite

Et l'histoire ne s'arrête pas là. Nous soutenons les caféiculteurs du COCOCA dans leur production de café et sa certification. L'augmentation des ventes leur permet alors d'améliorer leur condition. La Collibri Foundation a lancé un projet en ce sens au Burundi. Les jeunes du COCOCA y suivent une formation approfondie. En 2015, dans le contexte du développement durable, une délégation de caféiculteurs burundais s'est rendue en visite à Hal.

Découvrez la vidéo

Avec cette initiative, nous contribuons à réaliser ces objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies.

[Translate]No proverty [Translate]Decent work & economic growth [Translate]Responsible consumption & production [Translate]Partnerships for the goals