Une maintenance plus intelligente et plus écologique grâce à la réutilisation

Dans la zone surgelés de notre centre de distribution de Hal, l'automatisation réalise une grande partie des tâches de nos préparateurs. Pour la maintenance de cette installation, nous révisons des pièces en interne afin de les réutiliser ultérieurement. Cette approche contribue non seulement à limiter les coûts et à protéger notre planète, mais aussi à développer les connaissances de nos techniciens.

De l'installation à l'entrepôt et inversement

Les produits surgelés sont en grande partie traités automatiquement dans notre centre de distribution. Une installation trie et répartit 3 000 colis surgelés à -25 °C par heure afin qu'ils puissent être envoyés à nos magasins. Une machine qui fonctionne dans de telles conditions nécessite évidemment un plan de maintenance efficace.

Colin Masson, Reliability and Maintenance Engineer : « L'installation comporte 75 navettes, chacune équipée de 4 moteurs. Ces moteurs coûtent 350 euros pièce. Dans le passé, les moteurs défectueux étaient simplement remplacés par des nouveaux. Il y avait moyen de faire mieux, c'est pourquoi nous avons décidé de les réviser et de les réutiliser. »

Colin : « Chaque navette est retirée de l'installation tous les 6 mois et remplacée par une autre. Nous démontons et révisons complètement la navette d'origine. Nous remplaçons ou réparons les pièces nécessaires pour qu'elle soit à nouveau en parfait état de marche. Elle est ensuite acheminée vers l'entrepôt pour être réintégrée ultérieurement dans notre installation. »

Bien plus qu'un simple bénéfice financier

Prince Mbuya Bha'Ky, Reliability and Maintenance Engineer : « Outre les avantages écologiques et financiers, c'est aussi un excellent moyen pour nos techniciens d'apprendre à connaître encore mieux l'installation. Les révisions sont effectuées pendant les heures où ils sont en stand-by. De cette façon, nous mettons à profit ces heures "perdues". Grâce à leur plus grande connaissance de la conception et du fonctionnement de l'installation, les dépannages sont aussi beaucoup plus rapides et efficaces. »

Nous révisons également d'autres pièces. Alors que la révision d'un moteur de navette dure environ une demi-heure, celle d'un arbre de transmission prend pas moins de 2 heures. Chaque année, nous en révisons une cinquantaine. Nous économisons ainsi près de 24 000 euros, main d'œuvre comprise. Pour les moteurs des navettes, le gain est encore plus important. La révision nous permet d'économiser 63 000 euros. Cela en vaut donc la peine !

Nouvelle philosophie

Comme de nombreuses initiatives de réutilisation, la révision des moteurs est en quelque sorte une « nouvelle philosophie ». Prince : « Le travail d'un technicien consiste encore trop souvent à remplacer des pièces plutôt qu'à effectuer de la maintenance. Nous souhaitons changer cela. Il est généralement facile de remplacer simplement une pièce cassée ou usée par une pièce neuve. La révision demande peut-être un peu plus d'efforts à court terme, mais en vaut vraiment la peine à long terme. »