Voilà comment on gère l'eau durablement !

Le 22 mars est la Journée mondiale de l'eau. L'occasion idéale de se pencher sur le travail de nos spécialistes en vue d'une gestion durable de notre consommation d'eau.

Nous vendons non seulement de l'eau dans nos magasins, mais nous en consommons aussi beaucoup chaque jour en tant que groupe. En 2020, notre consommation totale d'eau pour l'ensemble de nos bâtiments en Belgique s'élevait à 555 000 m³. Du lavage des mains des collaborateurs au nettoyage d'une machine à découper le fromage en cubes, l'eau est partout.

Conscients qu'elle est un bien précieux, nous lançons toutes sortes d'initiatives pour rendre pas à pas notre consommation d'eau durable, tant dans nos magasins que dans nos bureaux, nos centres de distribution et nos sites de production. En 2020, l'eau de pluie représentait par exemple déjà 16 % de notre consommation totale.

Collecter

« Nous pratiquons une gestion consciente et active de l'eau sur nos sites. Dans chaque projet de construction, qu'il s'agisse de rénovations ou de nouveaux bâtiments, nous nous efforçons de minimiser notre empreinte hydrique dès la phase de conception. Nous examinons comment nous pouvons réutiliser l'eau de pluie autant que possible et, si le sous-sol le permet, nous laissons l'eau de pluie restante s'infiltrer dans le sol. Ce n'est que si cela n'est pas possible que nous tamponnerons l'eau sur notre propre site pendant les pics d'averses, afin qu'elle puisse être évacuée lentement », explique project manager/conceptrice Maaike van der Tempel.

« Nous maximisons notre réutilisation en examinant de manière critique quelle source d'eau nous utilisons et à quelles fins", ajoute Ysaline Thillaye du Boullay, ingénieur de projet. « Par exemple, on peut parfaitement laver le sol d'un magasin avec de l'eau de pluie pour économiser l'eau potable. De même, à Fine Food Meat, notre site de transformation de la viande, nous avons pris certaines initiatives pour organiser notre consommation d'eau de manière durable et efficace. »

Purifier

« Ce site compte 3 installations d'assainissement de l'eau. L'installation PURA (PUrification of RAinwater) permet d'aller au-delà de la simple collecte des eaux de pluies comme sur nos autres sites, elle purifie l'eau de pluie recueillie pour en faire de l'eau potable », poursuit Ysaline.

Nous travaillons également au niveau des eaux usées issues de notre production de viande. L'eau est trop polluée pour être rejetée dans le réseau d'égouts et doit donc être purifiée. « Cet assainissement est effectué à l'aide d'une installation biologique dans laquelle nous agitons eaux usées et boues activées, un mélange de micro-organismes qui digèrent les déchets. Ensuite, nous séparons les boues de l'eau, qui est alors suffisamment pure pour être évacuée. Cette eau ne finit pas pour autant à l'égout : nous allons encore plus loin et l'acheminons vers la dernière installation de purification de Fine Food Meat. »

Réutiliser

La transformation de la viande est très gourmande en eau. La production de préparations de viande nécessite beaucoup d'eau potable, mais le nettoyage des machines requiert par exemple lui aussi une eau de qualité optimale. « Notre troisième installation de purification de l'eau a pour but de rendre cette consommation d'eau la plus durable possible. Des membranes permettent de filtrer les eaux usées purifiées pour en faire de l'eau potable que nous réutilisons dans le processus de production », explique l'ingénieur R&D Lize Linclau.

Innover

Nous ne gaspillons pas non plus la moindre goutte dans notre ferme verticale où nous cultivons du basilic pour Bio-Planet. « Par rapport à une culture traditionnelle de basilic, nous consommons 90 % d'eau en moins. Pour ce faire, nous recueillons et réutilisons notamment l'eau rejetée par les plantes », explique Lize. « Nous réutilisons également l'eau que les plantes n'utilisent pas. Nous nous assurons qu'elle contient à nouveau la quantité souhaitée de nutriments, lui donnons la bonne valeur de pH et la faisons circuler à nouveau dans les gouttières d'eau sous les plantes. »

Le système de récupération de l'eau - comme le reste de la "ferme verticale" - a été développé en interne par nos experts. « Comme il s'agit d'un système nouveau et unique, nous avons parfois rencontré des difficultés inattendues au cours du développement. Convaincus que notre approche était la bonne, nous avons persévéré et sommes parvenus à reconstituer le puzzle. Notre ferme verticale est opérationnelle depuis un an maintenant, nous pouvons donc dire avec fierté que notre approche fonctionne », conclut Lize.

Travailler dans le département Technics & Engineering de Colruyt Group ?