La construction circulaire : des blocs Lego pour experts

Nous construisons désormais uniquement des magasins basse énergie qui, par ailleurs, n’utilisent plus de carburants fossiles. Quelle sera la prochaine étape ? En voici un avant-goût : nous expérimentons la construction circulaire. La meilleure comparaison que l’on puisse donner est celle des blocs de construction qui vous amusaient tant étant enfant. Vous les emboîtiez les uns dans les autres pour obtenir une construction solide. Il vous suffisait ensuite de les démonter pour construire autre chose. Pensez-vous que c’est possible avec de véritables bâtiments ? Nous le croyons. Nous expérimentons donc des matériaux et systèmes de construction innovants afin d’évoluer vers des constructions 100 % circulaires.

La construction circulaire : qu’est-ce que c’est ?

Voici le cycle de vie classique d’un bâtiment : un entrepreneur achète des matériaux neufs et il bâtit un supermarché solide. Quelques décennies plus tard, le bâtiment est démoli et les débris vont alimenter l’une ou l’autre montagne de déchets.

Voilà exactement comment nous ne voulons pas faire. Nos ingénieurs et architectes sont convaincus des avantages qu’offre la construction circulaire : un circuit fermé sans ajout de matières premières et montagnes de déchets toujours plus impressionnantes. Mais comment faire, concrètement ? Nous construisons de façon à ce que lors de la démolition, nous puissions récupérer le plus de produits, matériaux et matières premières possible, dans le meilleur état qui soit. Nous réutilisons les briques pour construire de nouveaux magasins plutôt que de les transformer en gravillons. Et au lieu de fondre les poutres métalliques, nous les replaçons directement dans un nouveau bâtiment.

Mur « Facadeclick »
Les blocs de construction encliquetables, comme ceux proposés par Facadeclick, permettent de facilement construire des murs, les démonter et les remonter ensuite. Le tout sans utiliser de ciment.

La construction à sec

Pour pouvoir démonter facilement un bâtiment, il est préférable de ne pas utiliser de colle ou de ciment. Pour remplacer ces liants, nous étudions entre autres des systèmes de vissage et d’encliquetage, un peu à la manière des armoires en kit. Nous optons déjà pour des façades préfabriquées plutôt que pour des ouvrages en maçonnerie classiques. Les matériaux restent ainsi intacts et nous pouvons les réutiliser plus facilement. Bien entendu, il faudra encore un certain temps avant d’ouvrir notre premier supermarché 100 % circulaire, mais nous y travaillons résolument !

Démolir pour apprendre

En collaboration avec un bureau d’études, nous démantelons littéralement morceau par morceau l’un de nos magasins Colruyt.

Nous examinons tous les matériaux ainsi récupérés. Sont-ils en bon état ? Quelle quantité de chaque matière première récupérons-nous ? Et plus important encore : comment réutiliser chacun de ces matériaux ? Il s’agit d’un véritable exercice de démolition. Nous voulons apprendre à intégrer nos bâtiments existants dans une logique circulaire afin de ne pas devoir attendre de nouvelles constructions pour nous engager dans cette démarche. En procédant ainsi, nous pouvons mieux évaluer les difficultés à l’avance, comme les matériaux collés, trop vieux ou pollués.

Démolition Colruyt
Durant la démolition, nous évaluons quels matériaux peuvent être réutilisés.

Une carte d’identité pour les matériaux

L’idéal serait de disposer d’un inventaire de chaque magasin, chaque bâtiment de bureaux et chaque centre de distribution. Cet inventaire comprendrait une vue d’ensemble de tous les matériaux utilisés, leur cycle de vie et leur empreinte écologique. Nous pourrions ainsi immédiatement savoir quel élément est réutilisable. Et nos ingénieurs pourraient sans difficulté tracer ces éléments tout au long de leur cycle de vie. Bref, cette évolution permettrait une démolition efficace sans perte de matériaux.

Tri des déchets de démolition
Nous trions les déchets de démolition et réalisons un inventaire exhaustif.

En collaboration avec OVAM (Openbare Vlaamse Afvalstoffenmaatschappij) société publique des déchets de la Région flamande), nous travaillons déjà à la mise en place d’une telle base de données, liée à un système d’évaluation. Nous pouvons ainsi attribuer à nos bâtiments un score de durabilité fondé sur de nombreux paramètres.


Avec cette initiative, nous contribuons à réaliser ces objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations Unies.

[Translate]Industry, innovation & infrastructure [Translate]Sustainable cities and communities [Translate]Climate action